Une des contraintes qui revient souvent lorsqu’on voyage en relative autonomie est l’énergie électrique. Dans notre société ultra-connectée, nous n’avons jamais été aussi dépendants de nos écrans. Cela semble être un soucis majeur pour les apprentis voyageurs, terrifiés à l’idée de perdre l’accès à leur réseau social préféré quelques heures ou pire, quelques jours ! Voyons comment éviter l’impensable.

Nous, pour profiter à fond du voyage, des gens qu’on rencontre et des moments de partage ou d’introspection, on a décidé d’utiliser nos fidèles smartphones le moins possible. Sitôt partis, le mode avion est activé 90 % du voyage. Parce que c’est le premier point à prendre en compte : moins on utilise un appareil, plus sa batterie tiendra longtemps et nous évitera donc de s’en soucier. Le second est d’opter pour des appareils dont les batteries se rechargent par le même moyen. Le standard du jour est le port USB. En effet, tous les appareils que nous évoquons par la suite en proposent un à trois et permettent donc de recharger plusieurs appareils simultanément.

Quelles options pour mes batteries ?

Le premier gadget que nous avons acquis est une batterie externe. Son faible encombrement pour sa capacité importante en font un allié de choix. Elle nous permet trois recharges du smartphone soit environ 25 jours d’autonomie en mode avion. Attention au froid cependant, qui peut la vider en quelques heures.

Ensuite, nous avons investi dans un chargeur solaire lors du GR10. Un peu septique au début, nous avons très vite été conquis. Les jours de beaux temps, nous pouvons recharger durant l’heure du pique-nique le smartphone, les liseuses et l’appareil photo ! L’encombrement et le poids sont assez limités et ne nous pénalisent pas trop sur la route. Par contre, le rendement est optimal uniquement lorsque le ciel est totalement dégagé. De même, en mouvement, par exemple attaché au sac à dos, l’efficacité est moindre. Couplé à une batterie externe, nous avons donc été autonomes dans toutes les situations.

Quand nous sommes partis pour l’Eurovélo 6, nous avions monté un petit module sur la dynamo présente dans le moyeu de la roue avant du vélo de Laura. Lui aussi équipé d’un port USB, il nous a permis de recharger des appareils tout en roulant. Et si le rythme de charge fluctue avec la vitesse, il suffit de brancher une batterie externe qui fera tampon avec les appareils à recharger. Cette solution, bien que spécifique au vélo, a le mérite d’être la plus légère et compacte. Elle est également parfaitement intégrée à la machine. Ne vous attendez cependant pas à une charge éclair.

Mais si jamais…

Enfin, il est toujours possible de charger un de ses appareils sur une prise murale, le temps de prendre un café chez un commerçant local. C’est toujours un moyen de lancer la conversation et ça dépanne en cas d’urgence !

Voilà, nous espérons que vous trouverez dans ce retour d’expérience quelques informations qui vous aideront ou vous rassureront. Avec ces différentes options, vous ne devrez jamais être à plat. Mais essayez de profiter du changement de quotidien pour vous déconnecter. Si vous commencez la journée par une salutation du soleil au lieu de checker les 64 notifications reçues durant la nuit, votre corps et votre batterie s’en porteront déjà mieux !

Article suivant →

Besoin d'un coup de pouce ?

Découvres nos ebooks !


Toutes les informations du blog, et plus encore, réunies au même endroit, ça peut servir non ? C'est pourquoi nous avons choisi de proposer des ebooks sur les différents voyages que nous avons fait, en espérant que notre retour d'expérience puisse t'être utiles.

Voir les ebooks

Pas de commentaire

N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour toute question ou remarque. Nous répondrons avec plaisir :)

Laisser un commentaire