Menu

Le challenge du Zéro déchet

Tout commença avec une prise de conscience. Partout où nous allons, les déchets sont omniprésents : le papier toilette derrière un bosquet dans les Pyrénées, les plages jonchées de plastique en Asie, les décharges ouvertes sur des kilomètres en Europe de l’est, le bord des routes lors de nos balades du week-end…

Si nous avions déjà conscience que notre environnement était souillé à ce point, nous nous rendons alors compte que nous faisons partie intégrante du problème. Certes, nous ne pourrions pas imaginer laisser un emballage sur place après un pique-nique champêtre. Certes, nous aimerions casser les dents aux fumeurs jettant leurs mégots à tout va sans le moindre scrupule. Et pourtant, le problème est ailleurs. Car avant de gérer les déchets, il suffirait de ne pas les produire.

Le traitement des déchets nous semble aujourd’hui problématique. Sous le saint principe du recyclage, les gouvernements et industriels détournent le sujet. Car d’une part, ce système est très énergivore : les collecter, les acheminer, les transformer, tout recommencer… et produit donc lui-même sa (bonne) dose de déchets. D’autre part, et surtout, parce qu’il évite aux industriels d’évoluer et aux consommateurs de se responsabiliser.

Les actions

Adeptes de la part du Colibri, nous décidons que tout cela doit cesser. Commence alors un long chemin de croix. Parce que rien n’est fait aujourd’hui pour faciliter les alternatives au tout-emballé. Mais nous allons essayer d’intégrer le Zéro déchet dans notre vie de consommateur.

On commence avec l’alimentation en se procurant des sacs en coton. Très légers, compacts et résistants, ils nous accompagnent aux courses et au marché. Nous favorisons donc les produits en vrac dont l’offre est plutôt riche aujourd’hui. Nous boycottons ensuite autant que possible les produits transformés. Ceux-ci sont les meilleurs représentants du sur-emballage : du carton marketé, des contenants en plastique, des films ou sachets par dessus… Bref, impossible à envisager.

Ensuite, nous nous attaquons aux produits ménagers : finis les divers détergents, place au bicarbonate de soude et au vinaigre blanc ! Tout y passe : la salle de bain, les toilettes, la cuisine, les vitres, le sol… Les contenants de ces deux produits sont encore à bannir bien sur mais nous ne les avons pas trouver en vrac pour l’instant. Mais vu leur durée de vie, on estime réduire d’au moins cinq fois les emballages à ce sujet. Et petite astuce : une simple goutte d’huile essentiel casse l’odeur du vinaigre !

Puis est venu le tour des cosmétiques : adieux gels douches et shampooings, eux qui nécessitaient un nouveau flacon tous les mois. Aujourd’hui, on alterne entre savon de marseille et savon d’Alep qui sont vendus à nu. Pour les cheveux, nous sommes passés au no-poo (en détail dans cet article). Il reste le dentifrice, les cotons-tige et le déo pour lesquels nous avons essayé des recettes maisons sans encore avoir trouver celle qui nous correspond. Et quand nous serons des Jedis du Zéro déchet, nous nous attaquerons au papier toilette.

Le bilan d’un an de (presque) Zéro déchet

Avec ces quelques mesures, qui se sont mises en place progressivement sur plusieurs mois, nous produisons aujourd’hui un sac poubelle d’ordures ménagères de 10 litres toutes les quatre semaines environ. Certains produits ne sont malheureusement disponibles que sous plastique. En parallèle, nous produisons environ 10 litres de déchets végétaux à destination du composteur local ainsi que 10 litres de déchets recyclables comme le verre et des cartonnettes par semaine. Pas encore zéro déchet, mais on s’en rapproche !

Notre record Zéro déchet : six semaines d'ordures ménagères !

Au final, cette démarche ne nous a pas particulièrement impacté logistiquement ou financièrement. Nous cuisinons nos repas sur une base de produits frais, ce qui, bien que plus chronophage, est quand même bien meilleur au goût et pour la santé. Nos toilettes ne sont pas moins propres qu’avec l’habituel bleu chimique. C’est plutôt en amont que nous avons changé en se demandant, à chaque fois que l’on se saisit d’un produit emballé, si on ne pourrait pas lui trouver une alternative. Et si notre production de déchet ne sera probablement jamais nulle, les progrès réalisés sont visibles rapidement et très encourageants, ce que apporte une bonne dose de fierté.

Pour ceux qui veulent aller plus loin, nous vous conseiller la lecture du blog de la Famille Zéro déchet qui a été un vrai coup de pouce à notre démarrage.

On en parle ?

Laisser un commentaire

 

Envie de partir ?

Peu importe la distance, peu importe la destination. Le plus important en voyage, vélo ou autre, est de profiter de l'instant présent. Que ce soit le paysage, les rencontres, la route, les longues instrospections ou les discussions endiablées… tout est prétexte à la découverte et à l'aventure. Reste à chacun d'en choisir le cadre.
Asie du sud-est Eurovélo 6 GR10 GR221 France Allemagne Suisse Roumanie Islande