Menu

Pourquoi nous sommes devenus vegan

Difficile de se rappeler comment tout a commencé. Être vegan n’a pas été une vocation. C’est un choix que nous avons envisagé il n’y a pas si longtemps, en réaction à notre société malade.

C’est quoi être vegan d’abord ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, une rapide définition : être vegan, c’est tout simplement de refuser l’exploitation animale au profit de l’homme. Cela a une incidence sur l’alimentation, on parle alors de régime végétalien (sans viande, œuf, fromage…), et sur le style de vie en général (pas de cuir, fourrure, visite au zoo…).

Pourquoi être vegan ?

Et bien, les raisons sont multiples et variées. Déjà, l’environnement. L’élevage est aujourd’hui une cause majeure de déforestation et d’agriculture intensive. Des dégâts irréversibles pour la planète qui vont avec leur lot d’inconnues (glyphosate et autres produits phytosanitaires dont on apprend la dangerosité après trente ans d’exploitation) ou pas (disparition de la faune et la flore, gestion de l’eau douce…). Au vu de la quantité des ressources nécessaires pour produire de la matière animale, ce gaspillage est insensé comparé la généralisation d’un régime végétalien, beaucoup plus sobre.

Ensuite, la cause animale. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus ignorer la souffrance imposée aux animaux. Les images diffusées par L214 notamment sont sans équivoque possible. Et pourtant, on parle d’abattoirs français qui ne sont sûrement pas les pires, de part leur taille et la réglementation locale. Et en supposant qu’on arrive un jour à un modèle plus éthique, il faut se demander dans quelle mesure nous pouvons choisir de mettre à mort des bêtes qui n’ont pas atteint le quart de leur espérance de vie dans le meilleur des cas. Pour nous part, nous avons choisi de ne plus être responsables de ce massacre.

Enfin, la santé. Là aussi, les déviances industrielles ont de quoi faire peur : origine des produits douteuses, scandales à répétition, sels de nitrite et autres additifs dangereux, la dépendance aux antibiotiques… Bref, le cocktail est détonnant. Et puis il y a les impacts directs d’une consommation quotidienne de produits carnés et laitiers : cancers, cholesterole, diabète, tolérance au lactose factice, problèmes d’arthrose et compagnie… Rien qu’il nous semble possible de s’infliger volontairement.

On pourrait aussi évoquer la production incroyable de déchets de ces produits, de la production à la distribution. Les produits transformés sont un véritable fléau alors que des alternatives à la grande distribution existent. Être vegan nous a clairement faciliter notre challenge du Zéro déchet !

"Je suis bien caché, vous me mangerez pas !"

Qu’est-ce qu’on fait alors ?

Commencer par prendre conscience du problème. À la lecture des différentes thématiques évoquées ci-dessus, peut-être que l’une d’elles vous touche plus particulièrement. Fouillez alors de ce côté-là, les autres viendront ensuite, toutes étant liées. Il faut aussi se donner le temps de se renseigner et d’agir. Il n’est pas facile de changer ses habitudes et même s’il y a urgence sur le sujet, mieux vaut faire les choses au fur et à mesure de ces découvertes. L’important est de mettre le pied dans l’engrenage et d’avoir envie de changer. Notre transition s’est déroulée sur une période d’environ deux ans. Les produits d’origine animale ont progressivement quitté notre assiette : réduction de la viande jusqu’à une fois par semaine avant arrêt total. Puis le fromage. Et enfin les œufs.

Nous ne sommes pas là pour faire une apologie du véganisme mais pour exposer ces quelques points qui semblent tomber sous le sens lorsque nous prenons du recul sur notre consommation. Il est nécessaire de se responsabiliser individuellement pour faire bouger les choses. Les politiques, tiraillés entre les lobbys et leurs intérêts personnels, tardent à prendre position, et les industriels, uniquement motivés par leur rentabilité et leur actionnaires, n’ont aucune envie de changement. Choisir comment dépenser notre argent a surement plus d’impact que notre bulletin de vote aujourd’hui.

Pour aller plus loin, nous vous conseillons la lecture du livre de Maxime Beluet, Végé… quoi ?, qui traite en 135 questions-réponses les points clés du débat (ou du dénis ambiant). Et pour la mise en pratique concrète, le livre de Marie Laforêt, Vegan débutant, qui propose des bases pour tout type de repas délicieux et garantis sans souffrance !

On en parle ?

Laisser un commentaire

 

Envie de partir ?

Peu importe la distance, peu importe la destination. Le plus important en voyage, vélo ou autre, est de profiter de l'instant présent. Que ce soit le paysage, les rencontres, la route, les longues instrospections ou les discussions endiablées… tout est prétexte à la découverte et à l'aventure. Reste à chacun d'en choisir le cadre.
Asie du sud-est Eurovélo 6 GR10 GR221 France Allemagne Suisse Roumanie Islande