Menu

Bilan du GR221

Retour sur le GR221 et ses 135 km bouclés en cinq jours.

Et oui, c’est déjà fini. À peine le temps de se mettre dans l’ambiance et (re)trouver son rythme que nous voilà déjà sur la route du retour. Heureusement, le soleil attendu à été de la partie mais aussi la pluie qu’on espérait quitter… et pas revoir si vite !

Sur le GR221

Ce GR restera un bon souvenir. Les paysages sont magnifiques et variés, le bivouac relativement aisé et la fréquentation plutôt limitée. Bien sûr, la gestion de l’eau est le défi majeur de cette semaine de randonnée. Les restrictions imposent d’en porter plus qu’à l’accoutumée et obligent à garder un oeil sur la carte en prévision des points d’approvisionnement suivants, les rivières et torrents étant tous à sec. Quant au balisage, il est assez variable : certaines portions, sûrement les plus touristiques, sont très (trop) bien balisées. D’autres proposent des sentiers quasiment nus, où seuls quelques cairns indiquent la route à suivre. La trace GPS nous a donc été indispensable sur certains tronçons.

Majorque

La partie de l’île qu’emprunte le GR221 est très belle. Les paysages sont vraiment différents du sud au nord, ce qui donne l’impression d’aller vite en plus de renouveler quotidiennement le plaisir de les parcourir. Les champs d’oliviers aux forêts de pins, seul la mer à notre gauche fût constante. Les petits villages traversés valent aussi le coup d’oeil. Souvent construits à flanc de montagne, en pierre claire, avec la mer en fond, ils ponctuent toute la semaine de marche. Une certaine authenticité s’en dégage, sans compter le plaisir de traîner dans leurs ruelles ombragées. La plupart propose au moins un petit commerce, suffisant pour racheter de l’eau et quelques provisions. Quant à Palma, nous y avons passé une journée reposante, bien méritée après ces 135 km. La ressemblance avec Barcelone est évidente bien que tout n’y soit pas rigoureusement identique bien sur.

Conclusion

Une bonne semaine de coupure grâce au changement de rythme apportée par la vie nomade. Sur ce point, objectif rempli. Dommage que le bilan carbone de ce voyage viennent toutefois ternir notre plaisir. Peu de chance qu’on refasse ce genre de choix à l’avenir, il y a largement assez de quoi faire sans devoir prendre l’avion.

On en parle ?

Laisser un commentaire

 

Envie de partir ?

Peu importe la distance, peu importe la destination. Le plus important en voyage, vélo ou autre, est de profiter de l'instant présent. Que ce soit le paysage, les rencontres, la route, les longues instrospections ou les discussions endiablées… tout est prétexte à la découverte et à l'aventure. Reste à chacun d'en choisir le cadre.
Asie du sud-est Eurovélo 6 GR10 GR221 France Allemagne Suisse Roumanie Islande