Le premier jour du reste de notre vie

Voilà déjà quatre ans que nous sommes arrivés en région parisienne. Beaucoup de choses se sont passées et il est grand temps d’envisager la suite.

Le rythme métro-boulot-dodo vécu d’aussi prêt a quelque chose d’hypnotique. Le temps passe vite, tout en semblant toujours plus contraignant. Les jours, les semaines, les mois s’enchainent. Les courtes pauses loin de cet environnement ne suffisent plus.

Quelques semaines après le nouvel an, nous recevons une lettre de préavis de notre propriétaire nous annonçant la mise en vente de l’appartement dans lequel nous vivions depuis presque trois ans et, de ce fait, le non-renouvellement du bail. Après en avoir rapidement discuter, on se dit que c’est finalement une bonne chose. Le coup de pied au cul qu’il nous manquait pour mettre les voiles et enfin sortir de cette routine.

Commence alors le branle-bas de combat du départ. En trois mois, nous devons en finir avec nos jobs respectifs, déménager nos affaires, et surtout, déterminer la suite.

Ce dernier point a été finalement le plus rapidement réglé. Quitte à partir de la région parisienne, abandonnant logement et emploi, c’était l’occasion d’en profiter. Nous avons découvert l’année dernière lors de notre vie de wwoofeurs, le réseau Eurovelo : des pistes cyclables qui sillonnent l’Europe, chouette, ça sonne bien. Enfin, quand on aime le vélo, ce qui est notre cas. Après quelques recherches sur le web, nous avons fini par choisir la route 6 qui part de Saint-Brévin-les-pins pour finir à Constanta en Roumanie. Il s’agit de celle la plus avancée et donc la plus praticable, la plupart des autres routes n’étant pour l’instant restées qu’à l’état de projet. Et puis au vu des délais, on ne voulait pas passer trop de temps à se décider, histoire de commencer à s’organiser le plus vite possible. Est-ce qu’on a choisi la facilité ? Sûrement un peu, oui, mais laissons nos arrières trains répondre après avoir parcouru les 4000 kilomètres.

Le reste c’est enchainé assez naturellement. Démission, acquisition du matériel, vaccins de base… Pas besoin de visas pour ce trajet, un passeport suffit pour passer les frontières, même celles des pays hors de l’espace Schengen. On commence aussi à se préparer physiquement avec quelques sorties de 80 à 160 kilomètres en se demandant quelles différences nous sentirons entre des vélos de route de 9kg et des vélos de voyages chargés de 35kg.

Voilà, le départ est prévu en juillet, le 11 a priori, parce qu’il fallait bien choisir une date.

Suivant

Une question sur cet article ?
Rendez-vous sur le groupe Facebook !

Découvrez d'autres aventures