Voyager à vélo avec un enfant #1 : la remorque

Ces dernières années, nous avons parcouru plus de 15 000 kilomètres en voyage à vélo. Le matériel, le bivouac, la vie sur la route… On peut dire que nous sommes rodés ! Mais l’arrivée de notre fille dans notre vie à changé la donne. Nous devons nous adapter à ses besoins d’enfant, voir de nourrisson. Et c’est notre routine qui vole en éclat pour notre plus grand bonheur !

C’est une des premières réflexions que nous nous sommes faites lorsque nous avons appris que Laura était enceinte. Quand et comment allions-nous bien pouvoir emmener notre progéniture en vélo ? Bien que nous ayons eu une première expérience de voyage à vélo sur la Loire à vélo entièrement parcourue avec notre neveu de trois ans, on peut dire que l’on est encore novice sur le sujet. Surtout que nous ne voulions pas attendre ses trois ans pour programmer un nouveau voyage.

Sur la route avec bébé

Un enfant en bas âge ne pourra bien sûr pas suivre notre rythme habituel. Il faut jongler entre ses phases de sieste et d’éveil et donc garder une certaine souplesse dans l’emploi du temps. Après quelques recherches, la remorque nous a paru être l’outil indispensable. Elle permet d’offrir un maximum de confort à l’enfant ainsi qu’une certaine protection contre les intempéries. Rapidement, nous sommes tombés sur un modèle phare de la catégorie : la Thule Lite 1.

Les premières sorties permettent de rapidement prendre nos marques. Sur le plat, on sent à peine la remorque, c’est assez bluffant. Cependant, il faut bien garder en tête le surplus d’encombrement qu’elle génère et bien anticiper ses trajectoires, surtout en ville. Entre les plots, terres pleins et autres trottoirs, il faut un peu de temps pour naviguer dans cette course d’obstacle sereinement.

En dehors des villes, celui qui ne tire pas la remorque se place derrière. Cet extra de sécurité est le bienvenu, même si elle est équipée d’un fanion et de réflecteurs. En effet, certains automobilistes n’hésitent pas à nous raser lors de leurs dépassements… ils doivent pourtant bien se douter qu’un enfant est assis à l’intérieur !

Une nouvelle routine

Notre fille s’est très vite faite à ce nouveau mode de transport. Elle alterne entre phases d’éveil où elle guette tout ce qui est à portée de regard, et siestes bien méritées avec toutes ces aventures. On veille à faire des pauses régulièrement, au maximum toutes les heures, pour lui donner l’occasion de se dégourdir les muscles ou de faire une petite tétée. Le véritable allié des premiers mois est d’ailleurs l’allaitement : toujours prêt, toujours à la bonne température, aucune logistique… C’est juste génial. Quant à la nuit, la tente ne pose pas de problème et tout se passe très bien. La sieste, elle, reste un vrai challenge. La lumière, le bruit, les trucs qui bougent… Tout est prétexte à ne pas dormir.

Pause tétée pour bébé

Notre avis sur la Thule Lite 1

Après une première année d’utilisation, le bilan est dans l’ensemble très bon. La remorque a répondu à nos attentes. Elle nous a suivi sur une multitude de routes et chemins, sans jamais nous faire défaut. Un sabot spécifique équipe nos deux vélos et permet à chacun de la tirer à tour de rôle. Nous avons choisi le modèle prévu pour un seul enfant ce qui rend la remorque plutôt compacte et facilite son utilisation en ville.

On valide : le rapport qualité/prix, les prestations proposées sont vraiment de qualité. La modularité offerte par les accessoires et options : avec le hamac et le support enfant, nous pouvons utiliser la remorque des trois mois de notre fille à ses trois/quatre ans ! S’adapte à la quasi-totalité des vélos très facilement.

On dit bof : le poids qui bien qu’inférieur à d’autres modèles reste encore conséquent, surtout en côte… L’absence de véritable espace pour stocker quelques affaires, celui proposé par le filet étant à l’extérieur et restreint. L’impossibilité de verrouiller les roues, rendant les pauses en ville limitées. La protection contre la pluie, qui pourrait être mieux intégrée. Les amortisseurs trop légers pour une utilisation prolongée sur un mauvais revêtement (auquel cas, préférer la Sport).

[note – les liens ne sont pas affiliés]

Une question sur cet article ?
Rendez-vous sur le groupe Facebook !

Dans la même catégorie